À la toute dernière minute, qui en temps réel non romancé correspondrait plutôt à “Quelques jours avant le départ”, j’ai décidé de prendre une semaine de vacances avec mon compagnon dans le sud de l’Espagne. Nous sommes rentrés à Bruxelles hier.

Je n’aime pas faire la crêpe. Je n’aime pas rester de longs moments à ne rien faire. Surtout pas pour me taper un coup de soleil. Il y en a qui adorent se les peler en montagne, et d’autres qui aiment se peler la peau à la plage… Ce que j’aime se situe pile au milieu de ces deux vérités.
1.- N’avoir ni trop chaud ni trop froid. 2. – Ne pas ressembler à une écrevisse sans pinces. 3.- Ne pas peler ! 4.- Pas de skis ! Car Trotski tue le ski.
Eh bien cette fois-ci, j’ai fait la crêpe qui a 2 de tension. J’ai encore moins bougé qu’une statue de cire du musée grévin prise en photo un jour où la terre s’était arrêtée de tourner.
C’est fort fort immobile ça.
J’avoue que je n’allais pas trop m’exposer plein soleil. Au pire, je me faisais cuire un tout petit temps sur la plage (4h maximum, et à l’ombre) avec quelques petites escapades dans l’eau. D’ailleurs mon ami m’avait promis qu’on s’y amuserait dans les vagues qui étaient – je cite – “Super grosses ! Alors je saute et plouf !” ©️Bernard – 58 ans dehors – 5,8 ans en dedans.
Aujourd’hui je suis en mode réac alors, le poing levé en signe de protestation, je dénonce Bernard !!!! Ce dernier me déclare, pendant une baignade ensemble dans l’eau (très) fraîche de la mer : “J’ai fait pipi déjà 2 fois”.




Après un long silence très pesant…
Mêlé du son de quelques lames brisées sur la plage…….
Ainsi que du “plouf” de mes bras qui m’en tombaient………………….
S’ensuivirent, en enfilade, mes trois poétiques réponses que voici :
La première : “Berk, c’est ça le courant d’eau chaude que j’ai senti?”
La deuxième : “Tu devrais avoir honte de faire ça.”
La troisième : “Bon, du coup je vais essayer aussi.”
©️Xavier – 37 ans dehors – 3,7 ans en dedans.
Il n’était point aisé d’y parvenir pour un pudique/impudique comme moi.
Mais hourra, Victoire, j’y suis arrivé.
Et tout ça à travers le maillot. C’est vraiment dégueulasse en fait.
Et j’avoue que tous ces paramètres rendent le soulagement encore plus savoureux.
Hin hin hin hin hin ! (rire diabolique)
Qu’est-ce que j’aime avoir 5 ans dans ma tête.
Surtout avec Bernard. C’est facile, en miroir, de voir mon propre enfant intérieur en le regardant.
Dans le train vers une petite excursion à Malaga, il était assis en face de moi, le corps tout tordu pour regarder le paysage par la fenêtre. Bien que masqué (anti Covid 19), je pouvais percevoir son sourire dans ses yeux. Ses yeux trahissaient sa recherche perpétuelle d’une nouvelle blague ou référence à me raconter pour me faire rire.
Celle que moi j’avais trouvé: avant chaque arrêt, le petit jingle qui retentissait me faisait penser qu’un singe jouait du xylophone dans la cabine du conducteur. Du coup, nous imitions ce singe imaginaire à chaque fois !
Malgré notre différence d’âge en temps réel non romancé, nous avons pile poil le même âge. Un âge figé, éternel, jusqu’à la toute dernière minute.

Un exemple de mon quotidien difficile :-)

Back to Top